En optant pour un cursus en alternance, vous mettez enfin un pied dans la « vraie » vie active. Vous passez d’un statut d’étudiant à celui de salarié. Un passage de cap qui nécessite une bonne dose de motivation, de rigueur, de travail, d’écoute et de concentration. Nos 10 conseils pour mener à bien cette aventure mi-théorique, mi-pratique.

Les 10 clés pour réussir son alternance - © goodluz - Fotolia

1 – Sélectionner une formation et une entreprise à votre goût

En alternance, vous vous engagez dans un cycle d’une durée comprise entre 1 et 3 ans. Si vous n’avez aucune appétence pour le métier, et que le choix de l’entreprise s’est fait par défaut, il y a très peu de chances pour que cela fonctionne…

Veillez à ce que la mission d’apprentissage soit claire, évolutive dans le temps, et surtout en phase avec votre cursus académique.

2 – Être un pro au boulot comme à l’école

En tant qu’alternant, vous devez respecter les droits et les devoirs des salariés. Outre la ponctualité, l’assiduité, la rigueur, le travail et l’investissement sont de rigueur en entreprise, mais aussi à l’école.

« Pas question de reprendre sa casquette d’étudiant, une fois de retour en formation. Non, en cours vous êtes aussi des salariés. Si vous n’êtes pas assidu, votre contrat d’apprentissage peut tourner court, et votre salaire sera diminué d’autant », prévient Éric Richard, directeur de la formation par apprentissage à l’école d’ingénieurs Isen Toulon.

3 – Travailler toutes les matières

Vous préparez un diplôme d’ingénieur en BTP et faites votre alternance au sein d’un géant de la route ? Donc, à part vos cours en résistance des matériaux, en génie civil et le chantier confié par l’entreprise, plus rien d’autre ne compte. Erreur, grosse erreur même ! Vos impasses sur certains enseignements risquent un jour de vous porter préjudice.

Que penserait un futur employeur de votre mail de candidature bourré de fautes d’orthographe ? Ou de votre faible niveau en anglais ? De ce fait, alternance ou pas, projet professionnel déjà bien défini ou pas, travaillez toutes vos matières de manière équivalente. C’est votre avenir qui est en jeu.

4 – Maîtriser ses temps

Ce n’est pas un secret : l’alternance impose un rythme d’apprentissage intense. Vous suivez le même programme que les étudiants « classiques », mais avec moins de temps d’enseignement. Selon les calendriers, vous alternez cours et pratique en entreprise sur une même semaine, par quinzaine, par mois ou par trimestre.

Quel que soit le rythme, cela suppose une vraie gymnastique intellectuelle et une santé de fer. Veillez de ce fait à avoir une vie saine et équilibrée, sans vivre reclus ni vous couper de votre entourage familial et social.

S’adonner à des loisirs est aussi un moyen de décompresser et de repartir sur de bonnes bases. Sélectionner une entreprise proche de votre domicile est une bonne piste à exploiter pour éviter de passer trop de temps dans les transports ou sur la route.

5 – Décrypter l’entreprise

Lors de votre période d’essai (d’une durée, en général, de 2 mois), profitez-en pour naviguer dans les services, pour échanger et interroger vos collègues directement, mais aussi les autres collaborateurs de la société. L’objectif est de vous faire une idée des us et coutumes managériaux, économiques…

Ce sera autant de temps de gagner quand vous serez dans le rush de votre projet d’apprentissage. Par la suite, une fois dans le vif du sujet, assumez votre place de salarié à part entière. Posez des questions, et « exigez » des réponses claires.

6 – Rester motivé sur le long terme

Compte tenu de l’intensité et de la difficulté de ce type de parcours, vous aurez sans doute à gérer des hauts et des bas (des résultats passables à l’école, des blocages au boulot…) au point de vous relâcher et de vouloir jeter l’éponge !

Au contraire, serrez les dents : en alliant théorie et expérience professionnelle, vous prenez une longueur d’avance pour votre entrée dans la vie active. Restez donc motivé, même en cas de moins bien !

7 – S’appuyer sur son tuteur et son maître d’apprentissage

En alternance, vous aurez un référent-entreprise que l’on nomme « tuteur ». Ce salarié est chargé de vous guider au quotidien dans les tâches à accomplir et de suivre votre apprentissage, mais pas seulement. Faites-en aussi un confident.

« Au-delà du rapport hiérarchique, l’alternant a intérêt à tisser des liens d’excellence et de confiance avec son tuteur », conseille Éric Richard. Plus vous serez proche de lui, plus il sera à votre écoute. En période d’examens, il pourra par exemple organiser différemment votre temps de travail pour faciliter vos révisions.

De la même manière, à l’école, gardez le contact permanent avec votre maître d’apprentissage. Faites-lui des feed-back sur ce que vous mettez en pratique… Instaurer un dialogue serein avec ces deux référents permet d’aller de l’avant, et de lever plus rapidement de possibles malentendus.

8 – Prendre des notes

Prenez des notes détaillées sur toutes vos missions. De cette manière, vous bâtissez une base de données d’exemples et de cas concrets susceptibles d’alimenter vos devoirs et vos dossiers scolaires. Une plus-value évidente pour les examens !

9 – Tisser son réseau

« L’alternance est la voie royale pour commencer à se constituer un réseau professionnel », observe Estelle Anne-Vigne, responsable du service développement CFA SUP 2000.

Faites-vous connaître dans l’entreprise, mais aussi à l’extérieur, par exemple auprès de fournisseurs, de clients et de prestataires externes. Cela vous permettra d’avoir une vue globale du secteur d’activité visé. Et, qui sait, certains de ces contacts seront peut-être vos employeurs de demain !

10 – Ne pas être obnubilé par une possible embauche

La perspective d’être embauché à l’issue de votre contrat ne doit pas guider chacune de vos actions. « L’obtention du diplôme doit rester la priorité de l’alternant. Sans diplôme, pas d’embauche. En moyenne, un jeune sur deux reste dans son entreprise d’accueil après son contrat d’apprentissage. Donc, pas de panique, restez serein et concentré sur votre but ultime : être diplômé », insiste Estelle Anne-Vigne. Si vous avez été sérieux, proactif, motivé et professionnel, l’horizon devrait se décanter tout seul.

Orientations
Partagez cet article à vos amis

commentaires