De plus en plus d’élèves ingénieurs décident de se lancer dans une formation en apprentissage. D’autant plus lorsqu’elle est labellisée par la CTI, qui constitue un gage de qualité.

L'alternance en école d'ingénieurs

Les écoles d’ingénieurs affichent sans cesse un nombre supérieur d’étudiants en alternance et de formations en apprentissage. Mais, comme toutes les formations se réclament du titre d’ingénieur (grade master), les formations en apprentissage doivent être habilitées par la CTI (Commission des titres d’ingénieurs).

Les critères exigés par la CTI

Ce label est loin d’être facile à obtenir. La CTI exige en effet que l’option apprentissage concerne l’ensemble de la formation, soit les trois ans du cycle d’ingénieur. Avant d’entrer dans cette voie, mieux vaut donc être sûr de son choix et de son entreprise. En effet, mis à part dans le cas d’une rupture de contrat, il ne sera pas possible d’en changer avant l’obtention du diplôme.

Par ailleurs, la CTI préconise un vrai rythme d’alternance pour conserver un contact avec l’école et l’entreprise en permanence. En clair, pas de découpage de l’année entre 6 mois de cours et six mois en poste. Les rythmes conseillés varient entre une alternance de quelques jours (2j/3j) à une quinzaine. A noter qu’une période prolongée, de l’ordre de 3 à 6 mois, doit clore le cycle de formation.

Des étudiants en alternance expérimentés

Dans la grande majorité, le public apprenti en école d’ingénieurs est déjà titulaire d’un bac+2, et les sortants de classe préparatoire restent minoritaires. Plusieurs raisons expliquent cette différence. A commencer par le fait que les diplômés de BTS ou de DUT sont considérés comme plus mûrs et bénéficient déjà d’une expérience en entreprise à leur entrée en formation. Ils sont donc plus aptes à s’insérer dans le monde de l’entreprise dès la première année du cycle.

Autre élément : la formation d’ingénieur par l’alternance se veut plus technique et plus appliquée. Un mode de formation qui convient davantage aux étudiants issus de BTS et de DUT.

Enfin, le cursus BTS/DUT + diplôme d’ingénieur répond à une demande sur le marché du travail. Ces profils doubles diplômés rencontrent un vrai succès auprès des PME-PMI, qui sont bien souvent délaissées par les ingénieurs de la voie classique. Les jeunes diplômés sont tout particulièrement appréciés pour leur expérience du métier de technicien, qui leur donne une approche plus pragmatique de leur métier.

Orientations
Partagez cet article à vos amis

commentaires