Le contrat d’apprentissage est celui de tous les superlatifs : il est à la fois le plus ancien, le plus utilisé et le plus encadré des différents dispositifs de l’alternance, surtout, il est en plein développement, notamment dans l’enseignement supérieur !

Le contrat d'apprentissage pour amorcer son décollage professionnel - © ty - Fotolia

Le contrat d’apprentissage permet à un jeune de suivre une formation théorique et pratique, en vue d’obtenir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme ou un titre professionnel. Il donne ainsi la possibilité de mettre rapidement un pied dans la vie active tout en bénéficiant d’un bon bagage académique. L’apprentissage apparait de ce fait, aujourd’hui, comme un rempart antichômage à tous les niveaux de diplômes.

Un cursus à tous les niveaux

Pour devenir apprenti, il faut être âgé de 16 à 25 ans au début du contrat, et être reconnu apte à l’exercice du métier lors de la visite médicale d’embauche. Toujours conclu pour une durée précise, le contrat d’apprentissage alterne périodes d’enseignement en centre de formation d’apprentis (CFA) et de travail en entreprise.

L’éventail de formations proposées en apprentissage continue en permanence de s’élargir, porté par le succès de la formule : du CAP au diplôme d’ingénieur ou d’école de commerce, en passant par le bac professionnel, le BTS, le DUT, la licence, le master… L’apprentissage propose désormais un véritable cursus de formation en alternance et à tous les niveaux !

Une durée indéterminée et adaptée

Comprise entre un et trois ans, la durée du contrat d’apprentissage peut être adaptée en fonction du niveau initial de l’apprenti, du type de profession, de la qualification préparée et de son âge. En cas d’échec aux examens, le contrat peut être prolongé d’un an une seule fois.

D’autre part, sa durée peut être ramenée à six mois si l’apprenti a déjà obtenu, par la voie de l’apprentissage, un diplôme ou un titre de niveau supérieur ou égal à celui préparé, ou validé une partie du diplôme.

À l’issue du contrat, l’embauche de l’apprenti par son entreprise d’accueil – si elle se concrétise – ne donne pas lieu à une nouvelle période d’essai. De plus, son ancienneté d’alternant est prise en compte dans le calcul de son salaire.

Les avantages du contrat d’apprentissage

L’apprenti bénéficie d’une rémunération qui varie en fonction de son âge, et qui progresse chaque année. Ainsi, même si elle n’est pas toujours très élevée, elle peut tout de même atteindre jusqu’à 78 % du SMIC. À noter également que le salaire de l’apprenti n’est pas soumis aux cotisations salariales (salaire net égal au salaire brut) et n’est pas imposable, dans la limite du Smic, y compris en cas de rattachement au foyer fiscal des parents.

En plus de permettre l’obtention d’un diplôme dans une situation de travail et d’être rémunéré, le contrat d’apprentissage offre d’autres avantages. À commencer par la possibilité d’enchaîner plusieurs contrats afin de préparer plusieurs diplômes successifs, et d’être accompagné par un maître d’apprentissage, facilitant ainsi l’insertion dans l’entreprise. Des atouts qui expliquent le succès actuellement rencontré par le contrat d’apprentissage.

Trouver son contrat d’apprentissage

C’est une phase importante, parfois délicate, qui doit être préparée plusieurs mois avant la rentrée en CFA. Le contrat d’apprentissage est en effet un contrat de travail qui nécessite une recherche d’emploi intensive, ciblée et méthodique. Il est tout d’abord primordial de s’informer sur la nature du contrat, l’offre d’emploi, de formation et les différentes démarches à suivre. Puis il faut bien réfléchir à son orientation, penser aux qualifications nécessaires en fonction du métier qu’on souhaite exercer et se renseigner sur l’état du marché.

Vient ensuite l’étape de la recherche d’un employeur, qui n’est pas une mince affaire. Pour y arriver, il est indispensable de bien organiser cette phase. Il existe pour cela quelques figures imposées : consulter les offres d’emploi tous les jours, rédiger plusieurs CV adaptés à chaque entreprise, une lettre de motivation sur mesure en fonction de la nature de l’entreprise visée, préparer les entretiens en répétant avec des proches et en anticipant les questions potentielles et, bien entendu, décrocher son téléphone encore et encore pour contacter les entreprises.

Être accompagné dans sa démarche

Les agences Pôle emploi et les missions locales pour l’emploi des jeunes sont à consulter en priorité. Outre les offres possibles, des prestations d’aide à l’orientation et à la recherche d’emploi y sont proposées : évaluation, bilan de compétences, ateliers, suivi individualisé…

Les chambres de commerce et d’industrie (CCI), les chambres de métiers et de l’artisanat ou encore les chambres d’agriculture peuvent également mettre en relation les futurs apprentis avec les employeurs, et participer au montage du contrat dans le cadre de leur mission de développement de l’apprentissage.

Orientations
Partagez cet article à vos amis

commentaires